République Numérique du Kébek 2.0
Portrait(s) d'une éventuelle monnaie souveraine québécoise PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Jeudi, 28 Février 2013 12:23

Présentation d'une représentation graphique de la "Piastre Québécoise"

Ceux qui ont suivi mes écrits au sein du mouvement Démocratie 2.0 - Québec auront sûrement remarqué qu'au-delà de la seule question du système politique, la question du système monétaire occupe également une grande place au sein de mes réflexions, question indissociable de tout projet de souveraineté politique puisqu'il s'agit de l'outil principal autour duquel s'articule toutes les autres formes d'expression du pouvoir politique.  J'inviterais le lecteur qui n'est pas familier avec les questions de politiques monétaires à regarder les excellents documentaires "Oh Canada! Terre de nos vendus (VOSTF)" de Dan Matthews et "L'argent-dette" de Paul-Henri Grignon, qui font un excellent travail de vulgarisation et de simplification sur ce sujet plutôt obscur pour le commun des mortels.


Histoire de replacer le contexte de ce présent article, je prendrai ici la liberté de copier-coller un extrait d'un de mes articles précédents (Discussions autour du thème de la monnaie) qui est en réalité une collection de commentaires sur le thème de la monnaie en réaction à un article de Richard LeHir sur Vigile.net.

"Le site kebek2point0.org que j’ai lancé dans le cadre du projet de Démocratie 2.0, en plus des composantes d’organisation de la vie démocratique qu’il contient, porte en son sein les mécanismes internes d’une banque centrale : établissement d’une monnaie propre et souveraine, émission de monnaie sur des comptes scripturaux, capacité de transfert de fonds d’un compte à l’autre entre les différents clients de la banque, dépôt et conversion de devises étrangères (dont le dollar canadien), établissement du taux de change, accumulation de devises étrangères pour fins de commerce extérieur, et ce par la voie de services en-ligne. Cet ensemble fournit des outils d’organisation et de services bancaires et financiers propres à mettre en place de manière informelle une nouvelle monnaie québécoise d’une manière similaire à la situation qui prévalait dans le domaine des affaires et et le monde inter-bancaire dans les mois précédant le 1er janvier 2002 (en référence à la date de passage officielle des monnaies nationales européennes à la monnaie unique Euro).

Pour en arriver à la concrétisation dans le réel d’une telle monnaie québécoise, que manque-t-il ? Très peu de choses au fond... Les planches graphiques de chaque dénomination de billet, un imprimeur officiel, idem pour les pièces de monnaie, et finalement un réseau de distribution sur le terrain couvrant l’ensemble du territoire. Ne manque plus qu’un seul ingrédient, la confiance, qui découle directement du taux d’acceptation et d’utilisation de cette monnaie au sein de la population."


Le but de cet article est donc de combler le prochain "vide" identifié dans le passage précédent en présentant un exemple concret de ce à quoi pourrait ressembler une éventuelle monnaie souveraine québécoise, amenant ainsi le projet d'un Québec souverain dirigé par et pour le Peuple un pas de plus vers son éventuelle réalisation concrète, à tout le moins dans la conscience collective à ce stade-ci du projet.

Avant d'aller plus loin dans la présentation de ces planches de billets, je tiens à souligner au lecteur certaines des difficultés liées à un tel projet concernant les choix iconographiques qui ont été effectués dans ce projet qui se veut d'abord et avant tout être un exemple de ce que pourrait éventuellement être une monnaie souveraine québécoise, et non une version qui se veut "définitive" en soi.  La première de ces difficultés réside dans le fait que les positions disponibles pour le choix des personnages figurés sur ces billets sont limitées (10 place au total, et ce malgré l'addition de 2 nouvelles dénomination de billets), ce qui implique donc que des personnages historiques qui mériteraient probablement de figurer sur ces billets ont malheureusement dûs être laissés de côtés, ce qui ne manquera sûrement pas de faire des mécontents.  Il faut comprendre qu'il est pratiquement impossible de satisfaire aux exigences de tout le monde avec une si mince marge de manoeuvre, particulièrement lorsque l'on désire également transmettre une sorte de "trame éditoriale" au sein de la symbolique transmise à travers les personnages choisis.

Ainsi, je suis moi-même légèrement inconfortable avec la présence de certains symboles religieux sur certains billets de par ma propre nature athée et des aspirations légitimes de laïcité des choses associées à l'État avec lesquelles je suis favorable.  Cependant, au-delà de mes convictions personnelles, j'ai surtout voulu développer à travers ces billets une progression historique de nos origines et de notre développement en tant que nation et en tant que peuple, et que l'on aime la chose religieuse ou non, la réalité demeure que le phénomène religieux à occupé une place prépondérante dans notre société au cours de notre histoire et ce jusqu'à tout récemment, et qu'il est très difficile de tracer un parcours historique iconographique de notre société en ignorant complètement l'implication des communautés religieuses au sein du développement de cette même société.  De même, déjà du fait de la faible représentation des femmes ayant marqué l'histoire du Québec sur ces billets et du nombre de places restreint, je me voulais d'en avoir au moins une au sein de ces figures sélectes, je n'étais pas pour disqualifier la candidate choisie pour la seule raison qu'elle appartenait à une organisation religieuse, et ce peu importe mes propres convictions personnelles concernant la religion.  C'est l'impact et la contribution à la société québécoise de la personne honorée sur le billet qui prime, et non les organisations auxquelles cette personne a appartenu.

De même, pour avoir présenté ces planches récemment à un autochtone, celui-ci me fit remarquer la faible présence des Premières Nations au sein de ces billets, et ce malgré tous mes efforts de non seulement les y inclure, mais également de le faire à travers une iconographie qui est respectueuse envers les peuples des Premières Nations.  Je n'eus d'autre choix que de lui donner raison jusqu'à un certain degré, mais cela m'a permis également de lui exposer ma conception des choses concernant les Premières Nations en relation avec le projet de Démocratie 2.0, chose que je n'ai que trop rarement eu la chance d'exprimer à travers mes écrits mais que j'aimerais prendre la chance ici d'exposer très brièvement.  Comme me le faisait remarquer mon interlocuteur, les territoires du nord du Québec sont des territoires autochtones non-cédés et non-conquis, et ils apprécieraient grandement que ces choses soient prises en compte lorsque vient le temps de planifier des projets de développement économique du Grand-Nord québécois.  En ce sens, je partage leur point de vue et je considère impératif que les Québécois et les Premières Nations unissent leurs efforts dans leurs projets d'émancipation collective du système canadien sur une base de coopération et de collaboration afin d'éviter justement à ce que le projet d'émancipation des Québécois ne soit pas perçu par les Premières Nations comme une menace similaire et équivalente à ce à quoi ils tentent présentement de s'émanciper, c'est-à-dire la nation canadienne.  Donc, dans l'optique d'un projet d'émancipation collectif basé sur une réforme en profondeur de la démocratie en redonnant le pouvoir directement à la population, la Démocratie 2.0, je suis d'opinion que ce que ce je considère comme étant bon pour "nous" (les québécois, de souche et immigrants inclus) l'est également pour "eux" (les Premières Nations); et qu'en ce sens, advenant l'implantation d'un tel système démocratique au sein de nos deux sociétés, incluant l'émission de part et d'autre d'une monnaie souveraine sous contrôle populaire, chacun avec son iconographie propre, il est très facilement concevable qu'une convention peut être établie entre ces deux peuples partageant le même territoire que les deux monnaies sont de valeurs égales et sont donc interchangeables sur les territoires concernés.  Je n'avais même pas terminé d'exposer mon idée que mon interlocuteur l'a terminait pour moi, montrant visiblement un enthousiasme qui démontre tout le potentiel d'une telle solution comme voie de réparation des erreurs coloniales du passé et du rétablissement non seulement du respect mutuel entre les divers peuples habitant sur le territoire du Québec, mais également le rétablissement de l'Alliance historique entre les Premières Nations et les descendants de la colonie de la Nouvelle-France.

 

La symbolique que préconise les éléments représentatifs inscrits


L'un des aspects que je n'ai pas encore abordé dans mes écrits concernant la monnaie concerne ce que l'on pourrait appeler "la symbolique que préconise les éléments représentatifs inscrits" (selon la formule employée par M. Pierre Côté lors d'un récent échange sur Facebook), expression que l'on pourrait vulgariser par "les milliers de mots qui se cachent derrière l'image", selon le principe qui veut qu'"une image vaut mille mots".  Autrement dit, une devise monétaire n'a pas pour seul usage le simple échange de biens et services entre individus, mais sert également de moyen de transmission de divers messages normalement identitaires et qui remplit une fonction de cohésion nationale d'où émane, normalement toujours, un sentiment de fierté et d'appartenance au sein de la population qui l'utilise, et qui contribue donc à en solidifier sa "valeur".  J'ai utilisé le mot "normalement" à 2 reprises dans ma dernière phrase, justement parce que ces principes de transmission de messages symboliques unificateurs et générateurs de fierté nationale ont été négligés, voire même biffés, sur les billets d'Euros lorsqu'ils ont été introduits sur le marché, chose qui n'a pas manqué d'être soulignée dans de nombreux articles de journaux à l'époque de la transition à la monnaie unique européenne.  En lieu et places des divers symboles d'identification nationale se trouvait maintenant des structures architecturales anonymes de style romain, une carte de l'Europe sans frontières et l'effigie d'un drapeau européen auquel personne au sein de la population ne s'identifie.  Cette faiblesse de la représentation symbolique de ces nouveaux billets de banque était déjà identifié comme un facteur important du futur échec annoncé de cette aventure monétaire qu'est l'Euro, bien qu'il ne faille pas non plus négliger les facteurs plus structuraux (le principe de l'argent-dette).  Il y a des leçons à tirer de l'expérience de la monnaie européenne, et j'ai tenté de les mettre en application dans l'élaboration de ces billets.

Ceci étant dit, procédons donc à la présentation de ces billets et de leur iconographie spécifique.

Symboles et inscriptions présents sur tous les billets

- Dénomination de la valeur du billet sous forme de chiffre et en lettres, exprimés en "Piastres" (communément prononcé "piasses");

- Mention de l'État émetteur, ici la "République du Kébek" en opposition à la "Province de Québec".  Remarquez que l'orthographe "Kébek" n'est pas nécessairement un changement que je tiens mordicus à implanter, mais à ce stade-ci je m'en sers afin de créer une réelle distinction entre l'éventuelle nouvelle République et la Province qui, elle, demeure et demeurera attaché à l'ensemble canadien quoiqu'on en dise;

- La mention "Ce billet de la Banque Centrale Populaire a cours légitime sur le territoire de la République", qui a pour but de rappeler les origines et la propriété fondamentale de cet instrument monétaire, en opposition au simple "cours légal" du dollar canadien actuel ("légitime" = de jure vs. "légal" = de facto);

- Signatures (fictives dans ce cas-ci) des titulaires des éventuels postes de Gouverneur (de la Banque Centrale Populaire) et du Ministre des Finances (de la République);

- Mention "Hors-Série" en lieu et place où serait normalement inscrit le numéro de série;

- Sur les coins supérieurs-droits et inférieurs-gauches (recto-verso) se trouvent les symboles Pique-Coeur-Carreau-Trèfle normalement associés aux cartes à jouer, en référence historique au système de monnaie de cartes en vigueur en Nouvelle-France entre 1685 et 1717 sous l'impulsion de l'intendant Jacques de Meulles afin de pallier à un problème de manque de devises au sein de la colonie;

- Drapeau "monolys sur fond bleu" associé entre autre au Nouveau Mouvement pour le Québec, qui symbolise selon son créateur un Québec uni par une fleur de lys (plutôt que divisé par une croix) qui représente notre héritage français et débarrassé de son symbole religieux qui n'est plus nécessairement représentatif de la société actuelle (absence de la croix); certains noteront que la fleur de lys et à l'origine un symbole de la monarchie française, ce qui peut être vu comme étant contradictoire avec le concept de république; ces concepts apparemment contradictoires entre eux pouvant être réconciliés en se représentant que cette fleur de lys unique symbolise d'abord et avant tout le Citoyen, et à travers lui le Peuple, détenteur ultime du pouvoir souverain au sein de la république;

- Triangle séparé en trois sections par une figure humaine avec impression en transparence de deux figures humaines sur chacune des sections du triangle : symbole conçu par André Taillon dans le cadre du projet Démocratie 2.0 - Québec, inspiré directement par le logo de Terre des Hommes de l'Expo 67, représentant l'unité et la solidarité entre les peuples vivant sur une même terre, un même territoire.  À la base, le triangle se voulait de représenter un tee-pee symbolisant à la fois la réalité de nos origines autochtones et le concept que la Terre représente notre maison à tous.  La figure humaine au centre représente le Citoyen autour duquel devra dorénavant s'articuler le pouvoir politique, entouré par ses semblables qui représente le Peuple dans son entièreté et sa diversité.  Ce symbole se veut une référence en opposition directe avec le symbole franc-maçonnique de la "pyramide avec l'oeil qui voit tout" que l'on trouve sur les billets américains actuels;

- Une mention, au verso, de l'année d'émission de la série de billets, ici en exemple "Série de 2013";

- Mention au verso de la devise du Québec "Je me souviens" avec fleur de lys blanche de chaque côté;

- Description, au verso, de la scène représentée à l'endos du billet;

- Quelques autres motifs graphiques de nature purement esthétique, comme les lignes courbes en arrière-plan, les formes arabesques présent sur les côtés de la face recto ainsi que des motifs de couleurs créés mécaniquement;

À ces symboles graphiques et inscriptions communs à toutes les dénomination de billet, s'ajoute un personnage historique spécifique en médaillon au centre de la face recto et une scène graphique qui lui est associée sur la face verso sur chaque dénomination de billet selon la liste qui suit :

Billet de 1 Piastre : Jacques Cartier (1491-1557), navigateur français considéré comme étant le découvreur de la Nouvelle-France; Scène représentant l'érection d'une croix sur les rives du havre de la Baie de Gaspé devant la population Iroquoise de Stadaconé (Québec) alors en expédition annuelle de pêche en juillet 1534;

Billet de 2 Piastres : Samuel de Champlain (1574-1635), fondateur de la ville de Québec; Scène représentant la fondation de la ville de Québec;


Billet de 5 Piastres : Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676), fondateur de la ville de Montréal (Ville-Marie); Scène représentant la fondation de Ville-Marie par Paul Chomedey de Maisonneuve, Pierre Quesnel et Jeanne Mance;


Billet de 10 Piastres : Marguerite Bourgeoys (1620-1700), membre de la Congrégation de Notre-Dame canonisée Sainte, fondatrice de la première école et de l'enseignement du français en Nouvelle-France; Scène représentant le pensionnat de la Congrégation de Notre-Dame à Ville-Marie;


Billet de 20 Piastres : Le Vieux Patriote (Rébellion de 1837-1838), figure emblématique de la Rébellion des Patriotes et de la lutte pour l'indépendance du Québec; Scène représentant la victoire des Patriotes lors de la bataille de St-Denis;


Billet de 50 Piastres : Maurice Richard (1921-2000), joueur du Canadien de Montréal, premier marqueur de 50 buts en 50 matches et de 500 buts en carrière dans la LNH, figure emblématique du réveil national qui a mis fin à la grande noirceur précurseur de la Révolution Tranquille; Scène montrant le "Rocket" Richard marquant l'un de ses nombreux buts spectaculaires;


Billet de 100 Piastres : Alphonse Desjardins (1854-1920), fondateur du mouvement coopératif de Caisses Populaires qui porte son nom, figure emblématique du potentiel économique du Québec; Photo de la maison où fut fondée la première Caisse Populaire;


Billet de 200 Piastres : Joseph Armand Bombardier (1907-1964), inventeur de la motoneige, figure emblématique du génie et de l'innovation québécoise; Photo de la motoneige de modèle B-12 de 1951;


Billet de 500 Piastres : Félix Leclerc (1914-1988), auteur, chanteur et poète, figure emblématique du désir de justice sociale et d'émancipation nationale du peuple québécois; Paysage de l'Ile d'Orléans, lieu de résidence principal de Félix Leclerc;


Billet de 1000 Piastres : Michel Chartrand (1916-2010), syndicaliste notoirement avide de liberté et de justice sociale, figure emblématique des luttes sociales et ouvrières au Québec; Scène photographiée lors de la grève des mineurs de Murdochville de 1957 qui fut sévèrement réprimée par la police;

Campagne de financement


Parallèlement à cette présentation de planches de billets de banque fictifs d'une éventuelle Piastre Québécoise, une campagne de financement est lancée à travers la mise en vente de divers articles promotionnels (t-shirts, tasses, tapis de souris, etc.) sur lesquels figurent les planches présentées ci-haut, vous permettant ainsi de vous procurer en échange de votre support financier envers le mouvement Démocratie 2.0 un objet non seulement très décoratif à haute teneur symbolique mais surtout un objet propice à susciter intérêt et à engager des discussions autour de ce sujet des plus importants, et donc de faire évoluer le débat au sein de la population.  Cette boutique en-ligne est accessible sur http://www.cafepress.ca/kebek20.

 


+ 7
+ 7
Mise à jour le Lundi, 04 Mars 2013 19:38
 
Le plus gros chantier collectif au Québec depuis la Baie-James PDF Imprimer Envoyer

Le Québec est en crise. Une crise politique, économique, judiciaire et constitutionnelle. La corruption a atteint des niveaux si importants que c'est maintenant tout l'appareil d'état qui est sous la coupe de groupes maffieux et d'intérêts corporatistes au point où la population en général est maintenant conscientisée du fait de notre dépossession tranquille. Que ce soit au niveau de la braderie de nos ressources naturelles, de la nomination partisane et corrompue des juges, de favoritisme et de gonflements des coûts dans l'attribution de contrats, notamment en construction et en informatique, des abus ignobles de la DPJ passés sous silence ou encore de la corruption au sein des forces policières, il est maintenant clair pour un nombre de plus en plus grand de personnes que la situation actuelle au Québec au sein du Canada est devenue inacceptable à plusieurs niveaux.

Le temps est venu pour un changement majeur et radical

La Démocratie 2.0, ce n'est ni plus ni moins que le retour à l'essence même de la Démocratie, telle que pratiquée par les Athéniens de la Grèce antique. Il s'agit d'un système de démocratie participative et directe mise en application grâce aux technologies de l'information propres au XXIième siècle. Le principe étant de redonner le pouvoir directement dans les mains du peuple, la seule entité à pouvoir véritablement l'exercer en toute légitimité.

 

Ce site à l'ambition de devenir la plate-forme par laquelle cette nouvelle ère de la Démocratie prendra forme pour ici, au Québec, en espérant que cette initiative soit reprise et adaptée un peu partout sur la planète au moment même où les Indignés de la terre expriment leurs mécontentements face aux oligarchie financières qui contrôlent les instances gouvernementales. Pour ce faire, il s'agit tout simplement de se réapproprier collectivement les différents leviers du pouvoir afin de se libérer tous ensemble du joug des usurpateurs actuels qui ont la prétention de nous diriger.

 

Ces piliers sont :

  • L'information : Ce site offre tout ce qui est nécessaire pour que chaque personne qui le désire puisse produire et diffuser de l'information, que ce soit par écrit, en format audio ou vidéo, en contenu original ou venant de sources externes.
  • La Constitution : Ce site offre une section Wiki afin de permettre à tous ceux qui le désire de participer à l'écriture d'une Constitution propre au Kébek 2.0. Contrairement à la croyance populaire, une telle Constitution n'a pas besoin d'être entérinée par un référendum; plutôt, il ne suffit pour ceux qui désire y adhérer que d'y apposer sa signature, ou l'équivalent électronique (un clic sur un bouton "J'accepte") qui est tout aussi légal qu'une véritable signature sur papier aux yeux de la loi actuelle.
  • La monnaie : Ce site a l'intention d'incorporer en son sein les composantes nécessaires à la tenue d'une Banque Centrale responsable de l'émission de la monnaie du Kébek 2.0, la Piastre (P$). Cette banque sera d'abord et avant tout une banque en-ligne, mais une fois qu'un nombre suffisant de membres y auront adhéré, il faudra voir collectivement à se doter d'un réseau de distribution sur le territoire. Cette Banque Centrale sera la propriété de tous les citoyens numériques du Kébek 2.0 et sous leur contrôle exclusif.  Il sera possible de convertir les dollars canadiens en piastres québécoises et de faire des transferts monétaires entre membres du site afin de favoriser le commerce intérieur. (En cours de développement)
  • L'assemblée Publique : Une section de ce site est consacrée aux seuls débats d'assemblée, lieu où les projets sont soumis à nos pairs afin d'en débattre ouvertement et où les décisions politiques seront prises par l'entremise du vote populaire, item par item. Cette assemblée publique regroupera les compétences des différents ministères actuels, et sera divisée selon la portée territoriale des divers enjeux à traiter : local, régional et national.
À ceci s'ajoute les outils d'organisation et de collaboration suivants :
  • Un gestionnaire de projet favorisant la collaboration et la prise d'initiatives collectives
  • Un gestionnaire d'évènements avec calendrier intégré
  • Une page personnelle de type MySpace
  • Un mur personnel de type Facebook ou Twitter
  • Un système de groupes de type Facebook
  • Un blog personnel
  • Intégration et capacité de partage avec la plupart des réseaux sociaux

Avec ces quatre piliers et outils supplémentaires en place, nous aurons à notre disposition tous les outils nécessaires afin d'exercer notre pouvoir collectif en toute légitimité, cumulé au pouvoir économique de pouvoir réaliser concrètement chacune de nos décisions collectives.

Souveraineté et indépendance

Ces mots, très connus au Québec depuis une quarantaine d'années, ont tellement été galvaudés au cours des décennies par nos politiciens professionnels qu'ils ne sont, pour la plupart des gens, devenus que des concepts vagues d'un projet politique qui a toujours été mal défini jusqu'à ce jour. Il faut savoir que le projet qui a été présenté aux citoyens du Québec et qui fut battu lors de 2 référendums, ne consistait qu'en la souveraineté et l'indépendance de l'Assemblée Nationale face à la Chambre des Communes d'Ottawa; que ce projet n'incluait aucunement de souveraineté ou d'indépendance pour le peuple comme tel, qui aurait toujours été inféodé à un pouvoir central sur lequel le peuple aurait que très peu d'emprise. Nous aurions changé de maitres sans pour autant gagner quoi que ce soit de notable au change. Pire, ce projet fut toujours présentée de manière tronquée, passant sous silence l'impérative question de la monnaie. Comme le disait le baron Mayer Amschel Rothschild, de la malheureusement très célèbre famille de banquiers internationaux :

« DONNEZ-MOI LE CONTRÔLE DE LA MONNAIE ET JE ME PASSERAI DE CEUX QUI FONT LES LOIS »

Ce projet de République Numérique a pour prétention de rétablir leurs vraies définitions aux mots "Souveraineté" et "Indépendance" de la façon suivante :

  • Souveraineté : Chaque citoyen est en soi son propre souverain; c'est-à-dire son propre roi. Chaque personne serait donc, sur un même pied d'égalité et avec les mêmes droits et responsabilités, un roi souverain pour qui sa liberté individuelle s'arrête là où celle des autres commencent.
  • Indépendance : Collectivement, nous ne dépendrons que de nous même afin de prendre les décisions et surtout les actions qui seront jugées nécessaires par la collectivité, et ce sans devoir se plier aux diktats d'une quelconque instance supérieure supposément sous notre contrôle en théorie, mais qui dans les faits prend les décisions importantes à notre place sans même prendre la peine de nous consulter.

J'espère que ceci fera réfléchir tous les Québécois qui se proclament souverainistes, indépendantistes ou séparatistes, qu'ils réaliseront qu'il s'agit là de la meilleure stratégie d'accession à leur rêve de souveraineté et d'indépendance, et possiblement de la dernière chance historique de parvenir à réaliser ce projet d'émancipation collective avant qu'il ne soit trop tard. J'espère que ceux qui souhaitent la souveraineté, l'indépendance et la séparation du Québec seront les adhérents de la première heure de ce projet de République Numérique, car toute autre stratégie repousse l'échéance de réussite plus loin dans le temps ainsi que de réduire considérablement les chances de succès. Ce pays s'établira selon nos propres règles, et non celles de l'usurpateur Canadien qui contrôle à la perfection les règles du jeu électoral actuel. S'évertuer à jouer selon les règles de l'usurpateur, c'est se condamner à l'échec perpétuel, un luxe que le Québec ne peut plus se permettre aujourd'hui.

C'est en prenant action, chacun d'entre vous, que les progrès se réaliseront; non pas en attendant un sempiternel "sauveur" qui une fois au pouvoir nous trahira par opportunisme politique. Cette stratégie fut essayée par le passé et à maintes fois démontré sa futilité. Seuls les fous appliquent toujours les mêmes actions en espérant un résultat différent à chaque fois. Cessez d'attendre le "sauveur", et prenez vous même votre propre destinée en charge sans attendre que quelqu'un d'autre le fasse à votre place.

Prototype

Ce site en est à sa 5ième version de prototype et doit être considéré pour le moment comme étant expérimental.  Il représente la somme de travail de 3 mois et demi d'efforts et de progression.  Bien qu'il ne soit peut-être pas parfait, je crois qu'il est suffisamment mature pour un lancement officiel et c'est le mieux que je suis capable de faire en travaillant seul pour le moment.  Il faut donc vous attendre à voir le site évoluer au fil du temps au fur et à mesure que des améliorations seront apportées.  À ce titre vous être invités à contribuer en nous communiquant vos idées, questions ou commentaires ou encore pour rapporter un bug ou pour vouloir contribuer de votre temps au développement du site en visitant notre Foire aux Discussions.

Adam Richard

Porte-Parole de Démocratie 2.0 - Québec
Webmestre et administrateur du site
Kébek 2.0

 


+ 66
+ 79
Mise à jour le Lundi, 04 Mars 2013 19:39
 

Calendrier d'Événements

Juillet 2013
D L Ma Me J V S
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Derniers Événements

Aucun événement

Actualités Google


Derniers Commentaires

  • La dette? Laissez-moi rire,quelle fumisterie. Comm...
  • Merci Danièle pour cette première contribution au ...

Animé par Joomla!. Designed by: Joomla 1.5 Template, ecommerce web hosting. Valid Xhtml and CSS.

 

impaired driving defence lawyer windows and doors toronto vaughan banquet halls travel nursing